Le climat d’incertitude pourrait ralentir la forte dynamique des recrutements de cadres

1 min de lecture

Au 1er trimestre 2022, les entreprises ont été plus nombreuses à recruter des cadres malgré des difficultés de production (absences
liées au Covid-19, difficultés d’approvisionnent) et de recrutement

Par

→ La part des entreprises ayant recruté des cadres a progressé par rapport au trimestre
précédent (13 % ; + 3 pts).
→ Dans le même temps, le volume d’offres d’emploi cadre publiées sur apec.fr a
progressé de 16 %.
→ Les difficultés effectives à recruter ont encore gagné du terrain (69 % ; + 8 pts).

 L’incertitude liée à la guerre en Ukraine et ses impacts affecte la confiance des entreprises et entraîne un fléchissement relatif des
intentions de recrutement dans les PME et les grandes entreprises

→ La confiance des entreprises a connu une chute notable en un trimestre, mais reste relativement élevée (72 % ; – 6 pts).
→ Les intentions de recrutement de cadres à 3 mois sont en baisse côté PME (16% ; – 3 pts et côté grandes structures (58 % ; – 9 pts) mais elles restent à des niveaux élevés. Pour les TPE, les intentions sont en légère progression (9 %, + 2 points).
→ Par ailleurs, les entreprises qui prévoient de recruter des cadres anticipent toujours de
fortes difficultés de recrutement (78 %, stable par rapport aux précédents trimestres).

 Côté cadres, le marché jugé plus favorable incite à être davantage
à l’écoute des opportunités
→ Dans le contexte de tension sur les recrutements, les cadres sont toujours plus
nombreux à concevoir la mobilité externe comme une opportunité (56 % ; + 3 pts).
→ Les cadres sont de plus en plus à l’écoute du marché : 45 % se déclarent en veille
(+ 3 pts).
→ Les intentions de mobilité pour le 2e trimestre 2022 se maintiennent à hauteur de 13 %.