Quelles leçons managériales peut-on tirer de la crise sanitaire ?

5 min de lecture

Burn out, bore out, brown out, grande démission… Les challenges humains dans les entreprises sont aujourd’hui de plus en plus nombreux et la performance des équipes en est directement impactée. En effet, si le sujet de la santé mentale a longtemps été considéré comme tabou en entreprise, la crise du covid-19 a mis en lumière l’impact des risques psychosociaux sur les performances des collaborateurs. Selon une étude de l’ADP Research Institute, si 55% des employés se disent stressés au travail, 40% d’entre eux reconnaissent également que cette anxiété fait chuter leur productivité et peut les conduire à prendre de mauvaises décisions. 

 

Par cofondateur de Lumm , Alexis Barthélemy

Les salariés n’ont pas été les seuls impactés, au contraire ! Managers et RH ont dû également rapidement s’adapter. Ils ont notamment dû apprendre à gérer des collaborateurs à distance et maintenir la cohésion d’équipes souvent dispersées. Une nouvelle organisation qui a grandement fragilisé leur moral. Selon la 9è vague du baromètre réalisé par Empreinte Humaine, les salariés exerçant des fonctions dans le domaine des ressources humaines semblent être l’un des publics les plus concernés par la détresse psychologique (64%). Aujourd’hui, ils sont de nouveau confrontés à un nouveau casse-tête : préserver l’engagement des salariés. Selon de récentes données de l’Apec, 52 % des cadres se disaient ouverts à de nouvelles opportunités d’embauche. Ce pourcentage monte à 61 % pour les jeunes cadres.

 

Pour remédier à ces phénomènes inquiétants, les stratégies RH autour du bien-être mental au travail se trouvent au cœur du grand défi des entreprises. Deux nouvelles priorités s’imposent : le bien-être des équipes mais aussi l’accompagnement des managers. Deux ans après le début de la crise sanitaire, quelles leçons peut-on alors  retenir de cette période ? 

 

L’IMPORTANCE D’UNE CULTURE D’ENTREPRISE OUVERTE

Selon une étude réalisée par OpinionWay pour Psychdon en 2021, 58% des salariés n’osent encore pas communiquer leur mal-être à leur employeur. Pourtant, aujourd’hui et plus que jamais, il est nécessaire de briser les tabous et lever les barrières. Pour cela, il est essentiel d’instaurer une culture d’entreprise où les salariés se sentent à l’aise pour parler de santé mentale. Il en va notamment du rôle des dirigeants et des RH d’ouvrir la parole sur le sujet et de montrer qu’il sont prêts à s’investir et à agir pour favoriser le bien-être des équipes. 

 

Agir pour le bien-être mental de ses salariés, c’est donner la possibilité à chacun d’être accompagné pour agir sur les difficultés, les doutes et les blocages du quotidien, avec des solutions réelles et proactives et in fine renouer le dialogue et la confiance.

 

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE GUÉRIR !

 

Mesurer régulièrement l’état psychologique de ses équipes doit permettre d’agir sur les facteurs de stress, de fatigue, de perte de motivation mais également des risques psychosociaux plus importants tels que la dépression ou le burn-out. Il est important que les entreprises se donnent les moyens nécessaires pour prévenir avant de guérir, qu’ils soient internes ou externes à la structure ! Cela passe notamment par la mise en place d’outils pour permettre à chacun d’identifier et exprimer ses émotions de manière confidentielle afin de pouvoir par la suite proposer un accompagnement et une série d’outils coup de pouce pour les soutenir dès les premières difficultés. 

 

METTRE À DISPOSITION DES OUTILS & SOLUTIONS EN FAVEUR DU MIEUX VIVRE AU TRAVAIL

 

41% des employés souhaiteraient voir mis en place des ateliers dédiés au sujet et 32% aimeraient pouvoir avoir accès à un psychologue dans leur entreprise, selon l’étude d’Opinion Way pour Psychodon. Pourtant moins d’un tiers des sociétés mettent en place des actions concrètes en ce sens, un chiffre qui tend cependant à évoluer.

 

En effet, au lendemain de la crise, les mentalités semblent évoluer. De nombreuses entreprises commencent à engager des actions en ce sens et  recherchent avant tout des solutions simples qui permettent de centraliser les ressources, et qui ont la capacité à engager et autonomiser les collaborateurs. Que ce soit des exercices éducatifs, des méditations, des cercles de paroles ou par le biais d’une consultation avec un professionnel, les solutions sont nombreuses pour permettre à ses équipes d’acquérir les bons réflexes pour rester en maîtrise de leur bien-être mental.

 

FORMER LES MANAGERS À L’INTELLIGENCE ÉMOTIONNELLE

 

Les dirigeants, DRH et managers ont un rôle clé dans la prévention santé au travail. 76% des salariés considèrent l’employeur comme le garant de leur santé mentale. Selon eux, offrir un environnement de travail propice au bien-être serait d’ailleurs la 2ème responsabilité qui lui incombe, derrière la gestion financière et économique de l’entreprise, selon une étude réalisée par OpinionWay pour Psychodon. Cependant, pour instaurer un tel cadre, il est primordial de former les managers à l’intelligence émotionnelle pour les aider à mieux comprendre et gérer leurs émotions et celles des équipes. Basé sur l’écoute et l’empathie, ce type de management permet notamment de conscientiser les sentiments de chacun, d’ouvrir le dialogue et de trouver ensemble des solutions adaptées. Si ces formations leurs permettent d’améliorer leurs compétences managériales et une meilleure mise en place des politiques internes de prévention, elles ont également pour but d’instaurer un climat de confiance avec les collaborateurs qui se sentiront alors plus à l’aise à se confier. 

 

En somme, les solutions sont nombreuses et on observe que les mentalités entrepreneuriales tendent à évoluer ! En effet, les stratégies RH se cristallisent de jour en jour un peu plus vers l’humain, son bien-être, son besoin de sens et font appel plus que jamais à l’ intelligence émotionnelle. Les énergies d’aujourd’hui se mobilisent pour que les entreprises de demain soient résolument empathiques et humaines.